Réglementation

Circulation urbaine Crit’Air tisse sa toile

Jean-Yves Kerbrat
Ban_cofisoft


Après Paris, Lille, Strasbourg, Lyon et Grenoble et avant Bordeaux, Cannes, Rouen, Montpellier, Saint-Etienne, Dijon, Dunkerque dans le courant de l’année 2018, Toulouse et son agglomération adopte Crit’Air depuis le lundi 27 novembre. Lors d’épisodes de pollution, le préfet de région pourra donner la consigne d’une circulation limitée à certaines catégories de véhicules. Davantage d’utilisateurs ne doivent pas oublier de commander la vignette Crit’Air qui coûte la modique somme de 4,18€.

« Pas de grandes nouveautés, juste un changement de braquet afin d’être plus réactif en cas de pics depollution. On n’attendra plus quatre jours avant de déclencher les mesures adéquates mais on réagira au bout de deux jours. Avant de lever un dispositif, on attendra désormais plus longtemps », explique le préfet de la région Occitanie Pascal Mailhos qui précise que Toulouse est la sixième ville de France à adopter la circulation différenciées.

Concrètement, dès le 3e jour consécutif du prochain pic de pollution, seules les voitures équipées d’une vignette Crit’Air 1, 2 ou 3 seront autorisées à circuler dans Toulouse. Le périphérique, exclu de la mesure, sert de limite de démarcation pour l’application de la circulation différenciée. Les voitures sans vignette ou les détenteurs d’une vignette 4 ou 5 correspondant aux voitures diesel immatriculées avant le 31 décembre 2005 ne pourront pas rouler dans la ville rose. Toute infraction sera passible d’une contravention de 68 euros pour les voitures et de 135 euros pour les poids lourds.

Plusieurs catégories de véhicules sont exemptées : les services d’urgence (pompiers, ambulances, police, gendarmerie), de livraison de denrées alimentaires, d’artisanat ou de transports de personnes. À noter que les véhicules dotés des certificats Crit’Air 4 et 5 ou non dotés de certificat pourront quand même circuler à condition d’avoir au moins deux passagers en plus du conducteur. Les transports publics ne seront pas gratuits, mais bénéficieront d’un prix de 4 heures la journée valable sur tout le réseau bus-tram et métro.

Au-delà de la vignette Crit’Air, d’autres mesures figurent dans le plan d’amélioration de la qualité de l’air en Haute-Garonne. Dès le premier jour de pollution, la vitesse maximale autorisée sera abaissée de 20km/h sur les différents axes routiers et les écobuages agricoles seront interdits. A l’aéroport, les vols d’essais et les tours de piste d’entraînement seront suspendus.

 

Commentaires

commentaires