Transporteurs TRM le Guide Vie des entreprises

Caille : La puissance d’une histoire

L'entreprise familiale Caille fête cette année ses 173 ans. Le patron Bertrand Caille avec son épouse et son fils.
Wilfried Maisy
Ecrit par Wilfried Maisy
Ban_cofisoft


Du déménagement au transport, de la logistique à l’archivage, le Groupe Caille développe une stratégie de réseaux. Pour son patron Bertrand Caille, Astrien, la maîtrise des flux, la compétitivité des PME, passe par la donnée.

Caille 1847. Bertrand Caille, P-dg du groupe éponyme, s’appuie volontiers sur la puissance historique d’une entreprise créée par son arrière-arrière-arrière grand père, à Laon (07). « Dans le déménagement, on trouve encore des entreprises vraiment anciennes, indique-t-il. Cette activité représente encore 25% de notre chiffre d’affaires (31 M€ en 2018), et nous place dans les 20 premiers sur ce secteur de transport en France. »

Une ambiance chaleureuse, un peu rétro, se dégage du mobilier au siège de Laon. Le bureau du patron, et ceux de ses collègues, de son épouse, sont séparés par une enfilade de baies vitrées ingénieusement constituées. Dans la salle d’exploitation, trois écrans géants trônent sur le mur du fond, et chaque exploitant dispose de deux ou trois moniteurs. Les gestionnaires de flotte dominent une imposante plate-forme logistique.

« La mobilité a toujours été au cœur de notre métier, reprend Bertrand Caille dans son historique. Le transport de charbon (qui a perduré jusqu’en 1989 !), les chemins de fer du Nord, puis après la seconde guerre mondiale, les déménagements de militaires, ont constitué successivement des activités phares de notre entreprise familiale. Génération après génération, nous nous sommes adaptés à notre environnement. J’ai pris la tête du Groupe Caille en 1989. J’ai ouvert des agences à Beauvais, à Amiens… Aujourd’hui, au sein du Groupe DEMECO, nous bénéficions d’une présence régionale forte sur le quart nord-est et jusqu’en Île-de-France, avec 11 agences. Le transport représente 65 % de notre CA, et la logistique, 10 %. Il y a 18 mois, nous avons créé une start-up d’archivage, Caille Reisswolf, spécialisée dans la gestion documentaire, la prise en charge des archives physiques (de la préparation à l’indexation, le stockage, jusqu’à la mise à disposition), la numérisation sécurisée, mais aussi l’autonomie de gestion via un accès Web sécurisé. »

Une stratégie de réseau

Du déménagement à la GED, en passant par les achats et les flux d’exploitation, Bertrand Caille développe une stratégie de réseau. Membre du groupement Astre, il est aussi le franchisé français exclusif de l’allemand Reisswolf, leader de l’archivage en Europe. Une activité très complémentaire au déménagement de bureaux, et qui donne Groupe Caille une certaine expertise dans la gestion électronique, l’informatique, et le stockage sous température dirigée. « Nous avons acquis la master franchise à l’automne 2018, avec l’objectif de développer le réseau Reisswolf sur tout le territoire français », précise l’entrepreneur.

Au plan informatique, Bertrand Caille s’efforce, sans développements de logiciels en interne, d’aller chercher les meilleurs outils disponibles sur le marché, pour les besoins de chaque activité. Et de travailler sur une chaîne d’information globale, donc des applications intégrées. « Nos 250 camions sont équipés d’ordinateurs de bord Trimble, en lien direct avec la gestion sociale Solid. Les boîtiers déversent leurs informations dans notre logiciel de transport Soloplan, un outil performant, très présent sur le marché allemand, et qui nous permet d’aller de l’ordre de transport jusqu’à la facturation. Nous y avons couplé nos logiciels sociaux et de comptabilité Sage, qui sont eux-mêmes interfacés avec l’informatique embarquée Trimble », détaille le chef d’entreprise.

Travailler sur tablette

« Nous utilisons Trimble depuis deux ans, mais nous sommes équipés d’informatique embarquée depuis 2006, auparavant chez Transics. Nous avons changé de fournisseur pour adopter des tablettes Android (modèle de tablette durcie FleetXPS), et aller beaucoup plus loin dans la remontée de données, le suivi des avaries, la prise de photographies, et bientôt, la lettre de voiture électronique. Pour l’heure, nous effectuons des photos des lettres, qui sont remontées dans les dossiers. Les chauffeurs sont aussi formés à l’utilisation optimale de la tablette, pour valider le bon état de la marchandise au chargement et au déchargement. La télématique peut également se connecter avec Safari (éditeur MP Système à Toulouse), notre TMS de déménagement », développe Bertrand Caille, qui voit ici les avantages d’un nouveau système de communication sans papiers pour ses commerciaux : « Pour établir un devis, faire un compte rendu de visite, le travail sur tablette remonte en réel dans le TMS. Nous simplifions ainsi le travail administratif en diminuant les sources d’erreurs. Nous apportons également aux déménageurs les données les plus fiables possibles, un quasi inventaire de ce qu’il y a chez le client. Dans un second temps, nous allons opérer la même chaîne intégrée avec les briques sociales, afin de mieux gérer les heures supplémentaires et autres. En aval de cette chaîne d’information, nous pourrons bientôt envoyer les feuilles de route, les instructions, les difficultés d’accès, etc., directement sur les tablettes des déménageurs.»

« Nous utilisons la télématique au maximum de ses capacités, y compris sur le plan de la conduite rationnelle, des consommations – nous sommes chartés CO2 et avons également reçu le label CO2, poursuit le patron. Tous les mois, tous nos conducteurs reçoivent une fiche technique récapitulative de l’optimisation de l’utilisation de leur véhicule. Nous sommes dans une optique d’amélioration continue. Au cours des 10 dernières années, nous avons gagné environ 10 litres aux 100 km. Nous affichons aujourd’hui environ 28 L sur la moyenne du parc. Même logique au niveau de l’analyse des accidents, au moyen cette fois d’un logiciel fourni par notre courtier d’assurances. Nous sommes descendus sous la barre des 0,4 dégâts matériels –  un feu cassé, un plot abîmé, etc –  par conducteur et par an. Cette dynamique vise aussi à responsabiliser notre personnel roulant. Les conducteurs apprécient. »

En interface avec Trimble et Solid, l’Astrien utilise également Solid Parc. Ce logiciel lui fournit ses coûts de réparation et de maintenance par véhicule, et autorise une meilleure gestion des planifications d’entretien. Et plus globalement, d’opérer une gestion de coût globale, sociale et technique, par véhicule et par chauffeur. « Nous pouvons ainsi facturer en interne les prestations du garage sur les différentes entités, une dizaine de sociétés », ajoute-t-il.

La traçabilité client avec GedMouv

Par ailleurs, le Groupe Caille a commencé à travailler avec GedMouv en 2018, et poursuit en 2019 sa stratégie de traçabilité avec ses affrétés. « Nous mettons en place un portail intégré pour nos clients, à la fois pour saisir leurs commandes de transport et suivre l’évolution de leurs livraisons, qu’il s’agisse de moyens propres ou externes. Nous travaillons ici dans la distribution de produits au service de l’administration, et de meubles pour le grand public notamment. L’idée est qu’ils puissent suivre pas à pas leurs statuts de livraison, donc qu’ils améliorent encore leur connaissance des transport qu’ils nous confient. » Et de souligner, à l’instar du travail réalisé sur la bourse de fret B2PWeb il y a une dizaine d’années, la volonté de toute la profession de développer des outils standards, professionnels, « à disposition de nos clients et de nos PME ».

Le Groupe Caille, est, depuis 2009, actionnaire de B2P et sa holding H2P. « Je considère que ces structures, mais aussi les groupements, les syndicats professionnels, sont essentiels pour la vie de nos entreprises. Ceux-ci sont parfois critiqués, mais ils ont un rôle primordial à jouer, y compris sur le plan technologique. Nous nous devons d’être présents sur la data, en contre-pouvoir à de grands groupes très informatisés — les messagers, les grandes entreprises logistiques. » Et d’affirmer le rôle majeur de la gestion des données pour rester compétitif, en tant que PME, dans les années à venir : « Très clairement, ce n’est pas le camion qui fera la différence, mais les outils applicatifs. Ce sera la détention et la capacité à donner l’information dans les temps voulus. Tout récemment, le travail réalisé par S3PWeb, toujours au sein du groupe H2P, va dans ce sens. »

L’informatique, un challenge continu

Au-delà de l’exploitation, Bertrand Caille est très attentif à tout ce qui touche au marketing, aux réseaux, à la mise en valeur des entreprises vis-à-vis de leurs clients. « Aujourd’hui, on ne recherche plus un déménageur dans l’annuaire… La présence sur Internet, sur certains réseaux sociaux, le référencement sur Google, le fait que son site soit correctement formaté pour les smartphones par exemple, nous devons nous intéresser à tous ces sujets. Nous venons d’ailleurs de reconstruire notre portail, pour y intégrer la partie archivage. »

Ce champ informatique que l’on peut qualifier de grand public, est en effet essentiel sur le plan commercial. Mais il est difficile pour une PME de transport de courir tous les lièvres à la fois. Il s’agit de sous-traiter, d’affecter des moyens, de suivre les projets, d’effectuer des formations… Bertrand Caille souligne ici la difficulté de rester en pole position des nouvelles technologies, pour une entreprise de taille moyenne qui ne dispose pas d’un service informatique. « Ça fait vraiment beaucoup ! De surcroît, nous faisons face à de nombreux problèmes réglementaires qui viennent impacter notre développement informatique. En 2018, on nous a parlé de simplification administrative, mais les difficultés sont inimaginables – le prélèvement à la source, la gestion des allégements Fillon, des DFS, les changements de taux. Tout cela demande des développements spécifiques à notre entreprise, malgré le fait d’utiliser des logiciels dit standards ! Nous sommes obligés de faire appel à des prestataires. Et nous n’avons pas le choix, ces questions sont urgentes, le reste doit attendre. »

Wilfried Maisy
Texte et photos

 

Parc de véhicules, camions

Exploitation informatique, exploitants

Bertrand Caille

Commentaires

commentaires