Les News

Des blocages encore et toujours, l’exaspération du transport routier

Crédit Photo @Bleu_Basque
Auriane Kerbrat
Ecrit par Auriane Kerbrat
Ban_cofisoft


Ce samedi 1er décembre, nouvelle journée de mobilisation des Gilets Jaunes, la côté basque a été, à son tour, touchée par environ 150 Gilets Jaunes qui ont bloqué des poids lourds au péage de Biriatou et 200 Gilets jaunes au péage le Biarritz La Négresse. Résultat, plus de 30 kilomètres d’embouteillages côté espagnol dans le sens Sud/Nord faisant intervenir la police espagnole et la police française.

Au péage de Biarritz La Négresse en direction de Bordeaux les manifestants ont bloqué tous les véhicules dans les deux sens. L’Autoroute a été fermée peu après 18h dans le deux sens de circulation, avec une sortie obligatoire à Anglet dans le sens nord/sud et à Saint-Jean-de-Luz/Bidart dans le sens sud/nord. Plusieurs dizaines de kilomètres étaient encore à déplorer en début de soirée avec la réouverture complète de l’Autoroute A 63 dans les deux sens de circulation aux alentours de 19h. Cette action à la frontière avait pour but de créer un incident diplomatique avec l’Espagne et par ricochet d’interpeler le Président de la République.

Les bloquages de poids-lourd sont devenus monnaie courante durant ces deux dernières semaines.
Les ralentissements liés aux barrages filtrants ont été particulièrement visibles dans l’Allier « sur des routes où le trafic est toujours particulièrement dense. C’est le cas à Creuzier-le-Neuf, sur l’axe reliant Vichy au nord du département, ou encore sur la RN 7, à Varennes-sur-Allier et Lapalisse », rapporte le quotidien La Montagne dans la rubrique sociale.

Les organisations professionnelles continuent d’alarmer le Président de la république sur les répercussions des bloquages sur les entreprises de transport routier. L’Unostra, dans son dernier communiqué intitulé « Le mouvement des gilets jaunes doit cesser immédiatement » lance un cri du coeur au gouvernement pour faire cesser ce mouvement qui nuit très gravement aux transporteurs.

« Voici deux semaines que les “gilets jaunes” agissent jour et nuit. L’impression est forte que le bout du tunnel n’est pas encore pour demain. Ce mouvement doit cesser pour que le temps de la négociation s’ouvre. » a déclaré Sandrine Bachy, Présidente nationale de l’UNOSTRA

 

Commentaires

commentaires