Les News Poids lourds Utilitaires légers

Symbio : bientôt, des camions à hydrogène !

Catherine Bernard


Symbio, start-up grenobloise spécialisée dans la production de piles à combustibles pour véhicules, a présenté ce mardi 18 septembre son nouveau produit : une pile capable d’équiper gros utilitaires et camions.

H2MotivL : tel est le petit nom du dernier né de la gamme Symbio. Cette entreprise grenobloise (anciennement Symbio FCell)  avait déjà conçu des piles à combustible permettant à des petits utilitaires de rouler à l’hydrogène. Environ 250 Kangoo électriques de Renault peuvent ainsi circuler soit grâce à l’énergie de leurs batteries, soit grâce à celle délivrée par une pile à combustible.  Avantage : elles gagnent en autonomie, et n’ont plus, grâce à l’hydrogène, nécessairement besoin de “dormir” près d’une recharge électrique.

Bientôt, leurs grandes soeurs -utilitaires de 3,5 tonnes et camions de 12 tonnes, voire plus- pourront, à leur tour, profiter de cette technologie. Symbio a en effet présenté, ce mardi 18 septembre, son nouveau produit : un kit prêt à se “plugger” sur le moteur électrique du véhicule. Sa pile délivre une puissance de 40 kW, contre 5 kW pour celle équipant les Kangoo. “Cela permet des performances tout à fait comparables à celles d’un moteur à combustible”, assure Fabio Ferrari, le PDG de Symbio. Il envisage également d’équiper des camions de 18 tonnes, qui pourraient, donc, contenir plus d’un module.  

La conception du module – qui comprend la pile à combustible, mais aussi le radiateur maintenant sa température, et les systèmes de contrôle et de connection- permet de préparer son intégration en série sur les véhicules en 9 mois, contre 2 à 3 ans auparavant. S’il n’a pas voulu en révéler les noms, Symbio travaille déjà avec deux constructeurs de camions qui devraient annoncer la sortie de modèles hybrides batterie/hydrogène dans les mois qui viennent. Il espère également séduire de nouveaux partenaires, en surfant sur la multiplication des modèles électriques : électrification du Renault Master, bientôt suivi du Volkswagen e-crafter et du Mercedes e-Vito, lancement prochain de plusieurs camions électriques (Volvo, Renault Trucks, Mercedes, etc.)-.  

Fabio Ferrari, PDG de Symbio

L’approvisionnement en hydrogène permet en général de tripler l’autonomie du véhicule électrique, et est tout particulièrement utile lorsque le relief est accidenté. Elle réduit aussi sensiblement -environ de moitié- le volume d’énergie à stocker dans les batteries.  

Côté coût, Symbio espère arriver à un prix du kilowattheure de 300 à 400 euros, comparable, selon lui, à celui – tout compris- des batteries. L’entrepreneur compte également sur la dynamique insufflée par le “plan Hulot”, lancé en juin 2018 : celui-ci prévoit la construction de 100 stations à hydrogène (23 aujourd’hui) d’ici 2023, et la mise en circulation de 5000 utilitaires légers et 200 véhicules lourds.  

 

Commentaires

commentaires