Les News Vie des entreprises

Allemagne, l’intégration des migrants comme planche de salut du transport routier

Jean-Yves Kerbrat

Les entreprises de transport françaises sont à la peine pour recruter de nouveaux conducteurs. L’âge moyen de cette catégorie professionnelle est actuellement de 44 ans et les candidats ne se bousculent pas pour rejoindre les 720 000 salariés du secteur transport-logistique. Le dernier rapport de OPTL précise que si « plus de 600.000 personnes déclarent rechercher un emploi dans le transport et la logistique, tous ne possèdent pas nécessairement les qualifications qui les rendraient immédiatement employables ». Pour cela, il faut en passer par la case formation, à laquelle les allemands ont ajouté l’intégration, car cela concerne les migrants arrivés en masse et dont le gouvernement fédéral a décidé de donner une chance.

Les associations du transport – Bundesverband Möbelspedition und Logistik (AMÖ), Bundesverband deutscher Omnibusunternehmer (BDO), Association allemande de logistique du transport et de stockage (BGL), Bundesverband Paket und Expresslogistik (BIEK), Bundesverband Wirtschaft, Verk Logistics (BWVL) et DSLV (association allemande du transport et de la logistique) – se félicitent de la mise en place d’une loi sur l’intégration de la main d’œuvre étrangère qualifiée

L’intégration des nouveaux arrivants a de nombreux avantages

Les associations pensent que cela peut contribuer à remédier à la pénurie de main-d’œuvre dans différents secteurs. Outre les diplômés universitaires, cela devrait également permettre aux travailleurs qualifiés ayant une formation professionnelle, et venant de pays non membres de l’UE, de trouver un emploi en Allemagne. « Il est maintenant important d’accélérer les procédures en réduisant les obstacles bureaucratiques à l’intégration. Cette loi est également ouverte aux prétendants venant de l’Union Européenne », précisent les textes.

« Pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre qualifiée, il est essentiel de tirer davantage parti du potentiel des spécialistes étrangers. L’offre de travailleurs qualifiés ne suit pas la croissance actuelle du secteur. Les associations des transports réclament depuis longtemps des mesures ciblées sur le marché du travail pour lutter contre les pénuries de main-d’œuvre qualifiée, adaptées aux besoins des entreprises comme des personnes recherchant un emploi dans les transports et de la logistique », estime les organisations professionnelles qui continuent de demander, parallèlement aux possibilités de recrutement des travailleurs étrangers qualifiés, d’accroître simultanément le potentiel de qualification des travailleurs résidant déjà en Allemagne.

Comme en France, de nombreuses entreprises à la recherche de salariés qualifiés. 

Outre les conducteurs professionnels et des emplois de la logistique, l’industrie a également besoin d’ouvriers qualifiés dans de nombreux métiers. L’Etat Fédéral est sous la pression des entreprises qui sont demandeuses de plus de souplesse. « S’il n’est pas possible de mobiliser suffisamment de salariés qualifiés dans nos secteurs, y compris les transports publics, des goulets d’étranglement et des restrictions dans le développement économique de nos secteurs se feront jour », craignent les organisations du transport et de la logistique qui pensent que le plan en cinq points du gouvernement permettrait justement d’éviter les goulets d’étranglement, dans la logistique, causés principalement par le manque de conducteurs.

Commentaires

commentaires